Appelez nos conseillers

Renseignement, information, prise de rendez-vous : nos conseillers sont à votre écoute.

0 800 881 888

Appel gratuit depuis un poste fixe, du lundi au vendredi de 9h à 21h, et le samedi de 9h à 17h.

Être rappelé

Nos conseillers sont à votre disposition. N'hésitez pas à expliciter votre demande pour que nous puissions vous apporter la meilleure réponse possible.

Vos projets de vie et d'investissement sont importants : nous vous apporterons les réponses et conseils les plus adaptés.

Pour connaitre et exercer vos droits, notamment de retrait de votre consentement à l’utilisation des données collectées par ce formulaire, veuillez consulter notre politique de données personnelles.

*Champs obligatoires

Les informations personnelles recueillies feront l'objet d'un traitement par Primonial. Conformément à la loi française n° 78-17 du 6 janvier 1978, vous bénéficiez de droits relatifs aux données vous concernant (droit d'accès, de rectification, d’effacement, de portabilité, d'opposition et droit de ne pas faire l'objet d'un traitement automatisé). Vous pouvez également retirer votre consentement à tout moment. Pour exercer ces droits et pour toute information complémentaire, vous pouvez nous contacter par email à DDP@primonial.fr ou par courrier à l'adresse Primonial - DDP – 6-8 rue du Général Foy - 75008 Paris. Pour plus d'informations, vous pouvez consulter notre politique de données personnelles.

Rendez-vous, information, renseignement : laissez-nous un message !

Nos conseillers sont à votre disposition. N'hésitez pas à expliciter votre demande pour que nous puissions la traiter au mieux.

Pour connaitre et exercer vos droits, notamment de retrait de votre consentement à l’utilisation des données collectées par ce formulaire, veuillez consulter notre politique de données personnelles.

*Champs obligatoires

Les informations personnelles recueillies feront l'objet d'un traitement par Primonial. Conformément à la loi française n° 78-17 du 6 janvier 1978, vous bénéficiez de droits relatifs aux données vous concernant (droit d'accès, de rectification, d’effacement, de portabilité, d'opposition et droit de ne pas faire l'objet d'un traitement automatisé). Vous pouvez également retirer votre consentement à tout moment. Pour exercer ces droits et pour toute information complémentaire, vous pouvez nous contacter par email à DDP@primonial.fr ou par courrier à l'adresse Primonial - DDP – 6-8 rue du Général Foy - 75008 Paris. Pour plus d'informations, vous pouvez consulter notre politique de données personnelles.

Publié le 05.05.2021

Stock-options : quelle fiscalité s’applique ?

Grâce aux stock-options, les salariés d’une entreprise peuvent souscrire à des actions de leur société à un prix réduit par rapport au prix du marché. Attention néanmoins, l’imposition des stock-options a considérablement changé au cours de ces dernières années. Pour y voir plus clair, il faut distinguer trois cas de figure : le rabais excédentaire, le gain de levée d’option et la plus-value de cession des titres.

Définition des stock-options et fonctionnement

Les stock-options permettent à un salarié d’acheter des actions de son entreprise, à un prix d’exercice déterminé. Le prix de souscription est fixé le jour où l'option est consentie par le conseil d'administration ou le directoire, selon les modalités déterminées par l'assemblée générale extraordinaire. Il s’agit d’un prix plancher et en principe, il est fixé pour la souscription ou l'achat des actions de manière intangible pendant la durée de l'option.

Grâce à ce système, les salariés peuvent profiter de l'accroissement de la valeur de leur entreprise. C’est lors de l’assemblée générale extraordinaire qu’il est décidé de délivrer ou non des stock-options et dans quelles conditions : prix, durée…


Le but est de permettre aux souscripteurs de payer ces titres non pas au cours de l’action mais à celui en vigueur lorsque les stock-options ont été proposées. Si l’action s’est valorisée entre l’attribution et la levée de l’option, cela lui permet de réaliser une plus-value. Le prix d’exercice peut même être inférieur au cours des titres au moment de l’attribution de l’option. Dans ce cas, il s’agit d’un rabais.


Pourquoi avoir recours aux stocks-options ?

Les stock-options sont un moyen de rémunération intéressant pour les salariés car ils peuvent profiter de la croissance de leur entreprise. Cela permet d’aligner les intérêts des actionnaires, des dirigeants et des salariés. Attention néanmoins, malgré la décote, le risque financier demeure, en cas de faillite de l’entreprise par exemple.

À noter : pour investir directement dans une société, vous pouvez également investir via des comptes-titres pour souscrire à des actions.


L’imposition des stock-options

De manière générale, la fiscalité sur les stock-options se fait à trois niveaux. Nous vous expliquons en détail chacun d’entre eux.

1- Le rabais excédentaire


Un rabais de 20 % au plus peut être décidé par la société qui vous propose d’acquérir des stock-options. Ce rabais est calculé en prenant la moyenne des vingt dernières séances de Bourse avant la date d'attribution de l'option.

Une exonération d’impôt sur le revenu vous est accordée sur la fraction du rabais qui ne dépasse pas 5 % de la valeur des actions. La différence (appelée « rabais excédentaire ») est taxée l’année de la levée d’option comme un salaire. Lorsque le rabais est supérieur à 5 % de la valeur réelle de l'action (10 % jusqu’au 30 juin 1993), il est considéré comme excédentaire et est à ce titre taxé dans la catégorie des traitements et salaires dès la levée de l’option.

2- Le gain d’acquisition


La plus-value d'acquisition est la différence entre le cours de l'action à la date de la levée de l'option et le prix payé par le bénéficiaire. La plus-value d'acquisition est imposable au titre de l'année de cession des actions issues de la levée. Le gain est imposé dans la catégorie des plus-values de cessions de valeurs mobilières ou dans celle des traitement et salaires. Les modalités d’imposition varient en fonction de la date d’attribution de ces options.

Si les options vous ont été attribuées avant le 28 septembre 2012, vous devez respecter un délai de détention de 4 ans décompté depuis la date d'attribution de l'option. Le gain est imposé au taux forfaitaire de :

• 30 % pour la fraction du gain inférieure à 152 500 euros ;

• 41 % pour la fraction supérieure.


Si vous avez respecté un délai de conservation supplémentaire de 2 ans (soit un total de 6 ans à compter de la date d'attribution), les taux d'imposition forfaitaire sont réduits :

• 18 % pour la fraction inférieure ou égale à 152 500 euros ;

• et 30 % pour la fraction supérieure à 152 500 euros.


Vous pouvez opter pour l'imposition du gain de levée d'options selon les règles de droit commun applicables aux traitements et salaires. Quoi qu’il en soit, vous serez soumis aux prélèvements sociaux au taux de 17,2 %. Pour les options attribuées à partir du 16 octobre 2007, vous devez également vous acquitter d’une contribution salariale de 10 %.


Si les actions vous ont été attribuées après le 28 septembre 2012, le gain de levée d'option est taxé au barème progressif de l'impôt sur le revenu dans la catégorie des traitements et salaires. Vous serez également soumis à :

- la Contribution sociale généralisée (CSG) de 9,2 %,

- à la contribution au remboursement de la dette sociale (CRDS) à hauteur de 0,5 % au titre des revenus d'activité

- et à la contribution salariale de 10 %.

3- La plus-value de cession des titres


La plus-value réalisée se calcule par la différence entre le prix cession de vos titres et leur valeur réelle à la date de levée d’options. La plus-value de cession est imposée au taux de 12,8 %, sauf si vous optez pour l'imposition de l'ensemble de vos revenus et gains mobiliers au barème progressif.


Quel que soit le mode d’imposition retenu, vous pouvez bénéficier de l'abattement fixe de 500 000 € prévu en faveur des dirigeants de PME qui partent à la retraite, si les titres ont été détenus durant une période d’au minimum un an.


En cas d'option pour l'imposition au barème et si les titres ont été acquis avant 2018, la plus-value peut bénéficier de l'abattement pour une durée de détention. L'abattement pour une durée de détention ne peut pas se cumuler avec l'abattement fixe. La plus-value est en outre soumise aux prélèvements sociaux au taux de 17,2 %.


Sur ce type de démarche, il est important de se faire accompagner par en conseiller en investissements financiers (CIF). En fonction de votre situation personnelle, il pourra déterminer la meilleure stratégie à adopter.



En savoir plus