Contactez-nous

Contactez-nous !

Egalement par téléphone au 0 800 881 888 du lundi au vendredi de 8h30 à 19h (appel gratuit depuis un poste fixe).

Pour connaitre et exercer vos droits, notamment de retrait de votre consentement à l’utilisation des données collectées par ce formulaire, veuillez consulter notre politique de données personnelles.

*Champs obligatoires

Ce site est protégé par reCAPTCHA et les règles de confidentialité et les conditions d'utilisation de Google s'appliquent.

Les informations personnelles recueillies feront l'objet d'un traitement par Primonial. Conformément à la loi française n° 78-17 du 6 janvier 1978, vous bénéficiez de droits relatifs aux données vous concernant (droit d'accès, de rectification, d’effacement, de portabilité, d'opposition et droit de ne pas faire l'objet d'un traitement automatisé). Vous pouvez également retirer votre consentement à tout moment. Pour exercer ces droits et pour toute information complémentaire, vous pouvez nous contacter par email à DDP@primonial.fr ou par courrier à l'adresse Primonial - DDP – 6-8 rue du Général Foy - 75008 Paris. Pour plus d'informations, vous pouvez consulter notre politique de données personnelles.

Par Primonial - Publié le 28.06.2022

Private equity : comment choisir son mode de détention ?

Pour tout investissement en private equity, il est important de noter que le couple risque/rendement varie fortement en fonction du type de détention choisi. Il faut donc se renseigner en amont pour savoir lequel correspond le mieux à vos besoins. Le recours à un conseiller en gestion de patrimoine est fortement recommandé.

La loi Pacte, en élargissant le spectre des supports éligibles en assurance vie, a favorisé la démocratisation du private equity. Mais attention à ne pas confondre la liquidité de l’enveloppe assurance vie avec celle des unités de compte en private equity. Il existe de nombreux supports disponibles, sous des formes juridiques variées et avec des fenêtres de liquidité différentes. Ainsi, avant toute décision d’investissement, il est important de bien comprendre les caractéristiques du produit, l’horizon d’investissement associé et le risque pris afin de s’assurer de l’adéquation du support avec son profil d’investisseur. Pour bien choisir son mode de détention, voici les trois règles à suivre.

1- Analyser le couple risque/rendement


Avant de choisir un fonds de private equity, il est important de bien comprendre sa stratégie d’investissement. En effet, cette dernière aura un impact important sur l’espérance de rendement et le risque de perte en capital. Il s’agit par exemple d’analyser le niveau de maturité des sociétés financées, leurs activités ou encore de rechercher avec quels instruments elles sont financées. Plus les entreprises sont financées tôt dans leur cycle de développement, plus le risque est grand mais plus le potentiel de rendement est important. Ainsi, une ETI (entreprise de taille intermédiaire) sera généralement moins risquée qu’une PME (petite et moyenne entreprise).

Chaque fonds dispose d’un DIC (document d’information clé) qui doit être remis à l’épargnant avant tout investissement. Ce document reprend les différentes caractéristiques du placement et contient notamment des informations sur le produit, ses risques et retours potentiels et ses coûts. Vous pourrez ainsi y trouver un indicateur de risque. Cet indicateur, construit sur une échelle de 1 (le moins risqué) à 7 (le plus risqué) permet ainsi de comparer les fonds entre eux. La majorité des fonds de capital investissement sont notés 7 sur cette échelle. À vous de choisir en fonction de votre profil investisseur (êtes-vous plutôt prudent/averse au risque, équilibré ou dynamique) et de vos objectifs d’investissement.

2- Analyser la société de gestion


Voici quelques questions à se poser avant d’investir dans un fonds de private equity. Quel est l’encours de la société de gestion ? Quel est son historique de gestion ? Quelles sont les performances des précédents fonds proposés la société de gestion ?


3- Prendre en compte ses objectifs d’investissement


Ils existent plusieurs typologies de fonds d’investissement. Trois points sont à prendre en compte : sa maturité, son accessibilité et sa fiscalité. Il existe des fonds avec une durée de vie prédéterminée à l’avance et allant de cinq à dix ans. Au contraire, d’autres sont à durée indéterminée. C’est alors la société de gestion qui décide du meilleur moment pour clôturer le fonds.

En souscrivant un fonds de private equity via un contrat d’assurance vie, vous bénéficiez de la liquidité des parts assurée par l’assureur et des avantages fiscaux et successoraux de l’assurance vie. En contrepartie, vous devrez vous acquitter de frais supplémentaires liés au contrat.

Pour faire le bon choix, il est recommandé de vous faire accompagner par un conseiller en gestion de patrimoine. En fonction de vos objectifs, il saura déterminer le mode de détention le plus adapté.


Pour en savoir plus