Appelez nos conseillers

Renseignement, information, prise de rendez-vous : nos conseillers sont à votre écoute.

0 800 881 888

Appel gratuit depuis un poste fixe, du lundi au vendredi de 9h à 21h, et le samedi de 9h à 17h.

Être rappelé

Nos conseillers sont à votre disposition. N'hésitez pas à expliciter votre demande pour que nous puissions vous apporter la meilleure réponse possible.

Vos projets de vie et d'investissement sont importants : nous vous apporterons les réponses et conseils les plus adaptés.

Pour connaitre et exercer vos droits, notamment de retrait de votre consentement à l’utilisation des données collectées par ce formulaire, veuillez consulter notre politique de données personnelles.

*Champs obligatoires

Les informations personnelles recueillies feront l'objet d'un traitement par Primonial. Conformément à la loi française n° 78-17 du 6 janvier 1978, vous bénéficiez de droits relatifs aux données vous concernant (droit d'accès, de rectification, d’effacement, de portabilité, d'opposition et droit de ne pas faire l'objet d'un traitement automatisé). Vous pouvez également retirer votre consentement à tout moment. Pour exercer ces droits et pour toute information complémentaire, vous pouvez nous contacter par email à DDP@primonial.fr ou par courrier à l'adresse Primonial - DDP – 6-8 rue du Général Foy - 75008 Paris. Pour plus d'informations, vous pouvez consulter notre politique de données personnelles.

Rendez-vous, information, renseignement : laissez-nous un message !

Nos conseillers sont à votre disposition. N'hésitez pas à expliciter votre demande pour que nous puissions la traiter au mieux.

Pour connaitre et exercer vos droits, notamment de retrait de votre consentement à l’utilisation des données collectées par ce formulaire, veuillez consulter notre politique de données personnelles.

*Champs obligatoires

Les informations personnelles recueillies feront l'objet d'un traitement par Primonial. Conformément à la loi française n° 78-17 du 6 janvier 1978, vous bénéficiez de droits relatifs aux données vous concernant (droit d'accès, de rectification, d’effacement, de portabilité, d'opposition et droit de ne pas faire l'objet d'un traitement automatisé). Vous pouvez également retirer votre consentement à tout moment. Pour exercer ces droits et pour toute information complémentaire, vous pouvez nous contacter par email à DDP@primonial.fr ou par courrier à l'adresse Primonial - DDP – 6-8 rue du Général Foy - 75008 Paris. Pour plus d'informations, vous pouvez consulter notre politique de données personnelles.

Publié le 26.05.2021

Point marchés : l'inflation, principale inquiétude des marchés financiers

D’une ampleur sans précédent, la crise sanitaire que nous traversons impacte profondément nos économies ainsi que les marchés financiers. Pour mieux vous accompagner, nous avons décidé de vous partager de façon régulière notre sélection des principales informations économiques et notre analyse des marchés financiers sur la période du période du 10 au 21 mai 2021.

Environnement économique et politique : les dernières informations

  • Selon les dernières données officielles, plus de 165 millions de cas d’infection au Covid 19 ont été recensés à l’échelle mondiale et le bilan des décès s’établit désormais à plus de 3 4 millions de morts. Sur le plan de la vaccination, 1 57 milliards de doses ont été administrées. En France, un total de 22 millions de doses a été administré depuis le début de l’année.

  • Les 27 membres de l’Union européenne ont trouvé un accord pour une entrée en vigueur du pass sanitaire fin juin

  • Par ailleurs, certains pays vont ouvrir leurs frontières aux touristes vaccinés (Espagne, Grèce, États Unis).

  • La Maison Blanche propose un impôt sur les entreprises mondiales de 15 % minimum (contre 21 % proposé originellement). Ce taux devrait progresser au fur et à mesure.

Marchés financiers

  • Les marchés financiers ont plutôt stagné sur la quinzaine passée et affichent des performances hétérogènes selon les zones géographiques.L’indice des actions mondiales (MSCI World en USD) abandonne 1,10 %. Sa performance depuis le début de l’année est toujours au dessus des 10 %. Pour autant, depuis quelques semaines le marché piétine en attente d’une nouvelle dynamique. Les actions américaines reculent sur l’indice phare : le S&P500 affiche une baisse de 1,73 % sur la quinzaine (en USD). Et cela, malgré des nouvelles macroéconomiques et microéconomiques excellentes. Les valeurs technologiques du Nasdaq ont affiché une baisse un peu plus marquée (-2,00 % en USD) et continuent à abandonner une partie des profits enregistrés en ce début d’année (+4,08 % en USD).  En Europe, l’Euro Stoxx 50 a affiché une stabilité sur la quinzaine (+0,11 %) et présente une performance de 14,77 % depuis le début de l’année, profitant de la rotation sectorielle envers les valeurs cycliques au détriment des valeurs de croissance et particulièrement des valeurs technologiques. Cependant, les chiffres bruts masquent un certain retour de la volatilité au cour des dernières séances. Les investisseurs semblent avoir un goût plus prononcé pour les actifs de qualité alors qu’ils semblaient moins regardants dans les premiers mois de l’année.

  • Ainsi, les actifs à valorisation exubérante en ont fait récemment les frais et notamment les cryptomonnaies.Le mois d’avril avait connu une accélération de la valeur du bitcoin mais, depuis quelques jours, nous assistons à un mini krach sur ces marchés puisque sa valeur a été presque divisée par 2 en un mois (32 000 $ le 19 mai dernier contre 64 000 $ le 14 avril 2021). Le bitcoin n’est pas le seul touché puisque les autres cryptomonnaies suivent la même descente. Les actions de coinbase, première plateforme sécurisée permettant l’achat, la vente et le stockage de cryptomonnaies, qui avait été introduite sur le Nasdaq mi-avril, paient un lourd tribu à cette baisse du bitcoin et traitent ainsi en dessous de leur prix d’introduction après s’être envolées mi-avril de plus de 35 %. La hausse de l’or constatée depuis plusieurs jours atteste du recentrage des investisseurs vers des actifs plus tangibles et moins volatils.

  • La principale inquiétude des marchés se situe actuellement au niveau de l’évolution à venir de l’inflation.La semaine passée a été principalement marquée par la publication de chiffres d’inflation beaucoup plus forts qu’anticipés aux États-Unis. L’indice total des prix à la consommation a atteint + 4,2 % en avril, contre 3,6 % attendu par le consensus. Quant à l’indice sous-jacent des prix à la consommation, il est ressorti à 3 %. Les effets de base par rapport à la même période 2020 sont en grande partie responsables de cette hausse mais en regardant les chiffres à la loupe, certains ne manquent pas d’inquiéter les économistes. La flambée des prix des véhicules d’occasion et le redressement des prix dans l’immobilier semblent être en partie responsables de la hausse des indices. A l’instar de l’automobile, de nombreux biens risquent de connaître des difficultés d’ajustement de l’offre par rapport à la demande lors des prochains mois, ce qui peut entraîner des surprises négatives sur le front de l’inflation. Lors du dernier comité de la Réserve fédérale, plusieurs membres ont estimé qu’il serait approprié de commencer à discuter du « tapering » lors des prochaines réunions si le rebond de l’économie se poursuivait.

  • Cependant sur le front des taux, les dernières semaines ont été plutôt calmes aux États-Unis avec un taux à 10 ans qui continue d’évoluer dans un canal étroit autour de 1,60 %. Alors que le sujet de l’inflation ne s’est pas encore propagé en Europe qui aborde seulement son déconfinement, les taux européens se sont tendus ces derniers temps et sont repassés pour certains en territoire positif. Le 10 ans français s’est tendu récemment à +0,30 % alors qu’il traitait à -0,10 % il y a quelques semaines. Quant au 10 ans allemand, il est revenu autour de -0,10 % contre -0,57 % en début d’année. Cette hausse ne manquera pas d’inquiéter la BCE qui connaît l’importance de la stabilité des taux longs pour des pays lourdement endettés.

  • Enfin, le marché chinois continue de souffrir de la désaffection des investisseurs qui considèrent que la consolidation du rythme de croissance chinoise préfigure ce qui pourrait se passer dans quelques mois dans les pays développés. De plus, les investisseurs privilégient les sociétés cycliques alors que les sociétés technologiques sont la cible de prises de bénéfices naturels après leur très forte performance boursière en 2020. Ainsi, la Chine a vu ses performances annuelles passer de +10 % mi février à -2 % aujourd’hui.

Achevé de rédiger le 25/05/2021

Nadine Trémollières

Directeur Primonial Portfolio Solutions

Votre avis nous intéresse

Un commentaire, une idée ou une question ? Partagez les avec nous !

Votre commentaire

Format .png, .jpg, .pdf

Si vous souhaitez être recontacté(e) suite à votre message, laissez nous votre adresse mail (optionnel).

* Champs obligatoire

Pour connaitre et exercer vos droits, notamment de retrait de votre consentement à l’utilisation des données collectées par ce formulaire, veuillez consulter notre politique de données personnelles.