Contactez-nous !

Egalement par téléphone au 0 800 881 888 du lundi au vendredi de 8h30 à 19h (appel gratuit depuis un poste fixe).

Pour connaitre et exercer vos droits, notamment de retrait de votre consentement à l’utilisation des données collectées par ce formulaire, veuillez consulter notre politique de données personnelles.

*Champs obligatoires

Ce site est protégé par reCAPTCHA et les règles de confidentialité et les conditions d'utilisation de Google s'appliquent.

Les informations personnelles recueillies feront l'objet d'un traitement par Primonial. Conformément à la loi française n° 78-17 du 6 janvier 1978, vous bénéficiez de droits relatifs aux données vous concernant (droit d'accès, de rectification, d’effacement, de portabilité, d'opposition et droit de ne pas faire l'objet d'un traitement automatisé). Vous pouvez également retirer votre consentement à tout moment. Pour exercer ces droits et pour toute information complémentaire, vous pouvez nous contacter par email à DDP@primonial.fr ou par courrier à l'adresse Primonial - DDP – 6-8 rue du Général Foy - 75008 Paris. Pour plus d'informations, vous pouvez consulter notre politique de données personnelles.

Par Nadine Trémollières, Directeur Primonial Portfolio Solutions - Publié le 14.11.2022

Marchés financiers : « Le mois d’octobre a signé un mois plutôt positif »

Winter is coming… Même si l’économie mondiale a bien résisté lors de cet été, le ralentissement commence à se faire sentir, notamment aux États-Unis, en Europe et en Chine. Dans cet environnement économique incertain, les marchés financiers sont contre-courant. Nadine Trémollières, Directeur Primonial Portfolio Solutions, nous explique pourquoi.

Certains pays semblent s’en tirer un peu mieux comme le Brésil, l’Inde ou certains pays asiatiques mais leur poids dans l’économie mondiale est insuffisant pour inverser cette tendance. Ainsi, le PMI manufacturier mondial est sous la barre des 50 pour le troisième mois consécutif, à 49,4 en octobre.

Un environnement économique incertain


Le commerce mondial est en net repli et les carnets de commande affichent une nette contraction. On note néanmoins une amélioration dans les chaînes d’approvisionnements qui bénéficient surtout de la chute de la demande. De plus, les perspectives économiques des prochains mois apparaissent dégradées sous la conjonction des resserrements généralisés et agressifs des banquiers centraux, de la crise énergétique en Europe alimentée par l’enlisement du conflit russo-ukrainien et de l’inflation qui ne semble pas baisser rapidement.

Des marchés financiers à contre-courant


Cependant, malgré ces nuages qui s’amoncellent sur nos têtes, le mois d’octobre a signé un mois plutôt positif sur les places financières. Les actions mondiales ont grimpé de 7,2 %, alimentées principalement par la hausse de Wall Street qui a gagné 8,2 % sur le S&P 500 et 4 % sur le Nasdaq (en USD). Les investisseurs ont préféré se focaliser sur des fondamentaux attractifs qu’ils ont trouvés du côté des publications micro économiques. En effet, les résultats financiers des entreprises ont été, encore une fois, très solides.

Cette relative stabilité des taux longs paraît plus marquée en zone euro qu’aux États-Unis car le ralentissement économique semble plus prononcé et durable qu’Outre-Atlantique. De ce fait, la duration réapparait comme une protection future à la dégradation économique. Les actions européennes ont signé un bon mois avec des hausses sur les grandes capitalisations (MSCI Europe à 6,2 %) comme sur les petites (7% sur MSCI Europe Small Caps). Cependant, ce rebond se fait essentiellement sur les secteurs de l’énergie, des banques et de la santé alors que les performances des autres secteurs sont plus modérées.

La Chine durement sanctionnée par les marchés financiers


À l’Est, les actions chinoises ont été encore vendues massivement par les investisseurs qui capitulent devant l’incapacité des autorités à faire évoluer leur politique sanitaire. L’indice MSCI China a abandonné encore 16,7 % en octobre (en USD). Depuis le début de l’année, la perte atteint plus de 40 %, ce qui s’apparente à une descente aux enfers depuis 18 mois. De plus, le 20ème congrès du parti communiste a réaffirmé les pleins pouvoir à Xi Jinping. Ce dernier n’a pas donné de signal positif sur une éventuelle inflexion de la gestion sanitaire. En revanche, quelques soutiens à la consommation domestique ont été annoncés à un moment où le revenu des ménages ainsi que leur patrimoine ont été durement affectés.

Achevé de rédiger le 10/11/2022.

Les performances passées ne préjugent pas des performances futures.


À propos de l'auteur

Nadine Trémollières - Directrice du Pôle Primonial Portfolio Solutions.

Nadine Trémollières est diplômée de l’ESG. Elle a débuté sa carrière comme Trader à la Caisse des Dépôts et Consignations pendant plus de 10 ans à Paris et à New York. Elle intègre ensuite les équipes d’AXA IM, en qualité de Gestionnaire puis Responsable des marchés de taux émergents avant de rejoindre Pictet AM à Genève en tant que Responsable de la gestion obligataire des produits « Total Return ».

Depuis 2008, elle était Gestionnaire senior multi-asset chez HSBC Global AM à Paris. Nadine Trémollières a rejoint le groupe Primonial en 2014 pour prendre la direction de Stamina AM, société de gestion au sein de la multi-boutique de Primonial (intégrée à La Financière de l’Echiquier fin février 2018). Au printemps 2018, elle prend la direction du Pôle Primonial Portfolio Solutions nouvellement créé.


Pour en savoir plus