Contactez-nous !

Egalement par téléphone au 0 800 881 888 du lundi au vendredi de 8h30 à 19h (appel gratuit depuis un poste fixe).

Pour connaitre et exercer vos droits, notamment de retrait de votre consentement à l’utilisation des données collectées par ce formulaire, veuillez consulter notre politique de données personnelles.

*Champs obligatoires

Ce site est protégé par reCAPTCHA et les règles de confidentialité et les conditions d'utilisation de Google s'appliquent.

Les informations personnelles recueillies feront l'objet d'un traitement par Primonial. Conformément à la loi française n° 78-17 du 6 janvier 1978, vous bénéficiez de droits relatifs aux données vous concernant (droit d'accès, de rectification, d’effacement, de portabilité, d'opposition et droit de ne pas faire l'objet d'un traitement automatisé). Vous pouvez également retirer votre consentement à tout moment. Pour exercer ces droits et pour toute information complémentaire, vous pouvez nous contacter par email à DDP@primonial.fr ou par courrier à l'adresse Primonial - DDP – 6-8 rue du Général Foy - 75008 Paris. Pour plus d'informations, vous pouvez consulter notre politique de données personnelles.

Par Vincent Paes - Publié le 28.10.2022

Le PER : une solution qui s’adapte à tous les âges

Plus vous ouvrirez votre PER tôt, plus vous aurez du temps pour vous constituer un capital en vue de votre retraite. Néanmoins, il n’est jamais trop tard. Ainsi, il peut être intéressant d’ouvrir un PER à seulement quelques années de la retraite.

Le PER : une solution qui s’adapte à tous les âges

Alors que la réforme des retraites continue de faire la une des médias, l’inquiétude des Français face à la retraite est grandissante. Pourtant, si tout le monde a conscience que les futures pensions de retraite risquent de ne pas être suffisantes pour garder le même train de vie, peu sont encore ceux qui ont le réflexe d’épargner. Un produit d’épargne, spécialement dédié à cet objectif existe pourtant : le PER. Mais quel est le meilleur moment pour ouvrir un PER ? Éléments de réponse.


Commencer tôt pour anticiper


Si toute personne entre 18 et 68 ans peut ouvrir un PER, il est néanmoins plus judicieux d’ouvrir un plan d’épargne retraite à certaines périodes de sa vie plutôt qu’à d’autres. En effet, vos projets personnels et votre capacité d’épargne sont fortement liés à votre âge. Ainsi, à vingt ans, vos revenus sont moins importants et vous pourrez avoir besoin de capitaux pour financer des projets de vie à moyen terme.

Quoiqu’il en soit, la préparation de votre retraite doit être anticipée le plus tôt possible. C’est pourquoi, il peut être pertinent d’ouvrir un PER dès 30 ans. À partir de ce moment-là, vos revenus commencent à être plus réguliers et plus importants. Vous avez donc une capacité d’épargne plus forte. De plus, vous avez une vision plus précise de votre avenir professionnel et personnel. Vous pourrez alors mettre en place une épargne régulière et profiter des avantages fiscaux du PER.

Pour ceux qui hésitent car ils pourraient avoir besoin de cette épargne pour acheter leur résidence principale, sachez que cela fait partie des cas de déblocage exceptionnel. Attention néanmoins, si vous pensez que vous aurez besoin de cette épargne, vos versements seront imposables et soumis au barème progressif de l’impôt sur le revenu. C’est la contrepartie de l’avantage fiscal qui vous a été accordé à l’entrée. Cela peut donc se révéler négatif d’un point de vue fiscal si vos revenus ont augmenté entre le moment où vous avez commencé à épargner et le moment où vous récupérez votre épargne.



Garder son PER ouvert après sa retraite


Pour autant, il n’est jamais trop tard. Il peut ainsi être intéressant d’ouvrir un PER à 60 ans. En effet, vous n’êtes pas obligé de dénouer votre PER au moment où vous partez à la retraite.

Ainsi, cela peut vous laisser un horizon de placement plus long vous permettant d’investir dans des classes d’actifs nécessitant une période de détention de dix ans par exemple. En matière de gestion, le PER offre beaucoup de possibilités. Vous pourrez choisir entre des fonds en euros pour lesquels le capital investi est garanti et des unités de compte pour lesquelles le capital investi n’est pas garanti mais qui offrent des rendements potentiels plus importants, cela en fonction de votre profil d’investisseur déterminé en amont.



Mieux profiter de l’avantage fiscal


Au fur et à mesure de votre carrière, vos revenus ont dû augmenter. Vous êtes donc plus lourdement imposé qu’au début de votre carrière. Or, les avantages fiscaux du PER sont plus intéressants pour les contribuables qui se situent dans les tranches élevées du barème de l’impôt sur le revenu. En effet, l’économie d’impôt apportée par la déduction des versements effectués sur ce plan d’épargne est proportionnelle à leur taux marginal d’imposition. Autrement dit, plus ce taux est élevé, plus le gain est important. Autre point intéressant, vous pourrez continuer à cotiser sur votre PER au-delà de 62 ans qui est l’âge légal de départ à la retraite. Attention néanmoins, une fois que vous serez vraiment à la retraite, l’avantage fiscal du PER sera moindre puisque vous toucherez le même revenu qu’au moment où vous avez placé l’argent. Bien sûr, chaque situation est unique.

Pour certaines personnes, il sera intéressant d’investir sur un PER dès 30 ans, pour d’autres, cela sera plus tard. Si vous hésitez, vous pouvez contacter un conseiller en gestion de patrimoine pour savoir si cela peut être intéressant pour vous. Si c’est le cas, il vous accompagnera également dans la conception d’une allocation adaptée à vos besoins et à votre profil de risque. Si ce n’est pas le cas, il pourra vous conseiller d’autres solutions d’épargne pour préparer au mieux votre retraite.

Cet article fait partie du dossier « Bien préparer sa retraite avec le PER ».


À propos de l'auteur : Vincent Paes

Chargé de contenu éditorial

Vincent Paes est diplômé du Master de Communication et d’informations économiques et financiers (CIEF) de l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, en partenariat avec le CFPJ. Il débute sa carrière en 2008 comme journaliste économique au sein du magazine L’Expansion. Après avoir travaillé pour de nombreux titres de la presse nationale (Capital, Alternatives économiques, Les Échos), il devient, en 2012, responsable des rubriques « Stratégies » et « Finance » du Magazine Décideurs.

Il rejoint l’univers du marketing en 2018 en tant que chargé de contenu éditorial chez Primonial. Son arrivée coïncide avec la volonté du Groupe de développer du contenu pédagogique à destination de ses clients et de ses partenaires. Il participe ainsi à la rédaction d’articles pour le blog patrimonial de Primonial et développe de nouveaux supports de communication comme des livres blancs ou des podcasts.


En savoir plus