Contactez-nous !

Egalement par téléphone au 0 800 881 888 du lundi au vendredi de 8h30 à 19h (appel gratuit depuis un poste fixe).

Pour connaitre et exercer vos droits, notamment de retrait de votre consentement à l’utilisation des données collectées par ce formulaire, veuillez consulter notre politique de données personnelles.

*Champs obligatoires

Ce site est protégé par reCAPTCHA et les règles de confidentialité et les conditions d'utilisation de Google s'appliquent.

Les informations personnelles recueillies feront l'objet d'un traitement par Primonial. Conformément à la loi française n° 78-17 du 6 janvier 1978, vous bénéficiez de droits relatifs aux données vous concernant (droit d'accès, de rectification, d’effacement, de portabilité, d'opposition et droit de ne pas faire l'objet d'un traitement automatisé). Vous pouvez également retirer votre consentement à tout moment. Pour exercer ces droits et pour toute information complémentaire, vous pouvez nous contacter par email à DDP@primonial.fr ou par courrier à l'adresse Primonial - DDP – 6-8 rue du Général Foy - 75008 Paris. Pour plus d'informations, vous pouvez consulter notre politique de données personnelles.

Publié le 07.09.2022

Le bouclier énergétique devrait coûter 24 milliards d’euros en 2022

D’après le ministère de l'Économie et des Finances, le plafonnement des tarifs de l’électricité devrait coûter 10,5 milliards d’euros en 2022. Le coût du gel des prix du carburant et du gaz est évalué respectivement à 7,5 et 6 milliards d’euros. Ces mesures, bien que coûteuses, ont permis de limiter l’ampleur de l’inflation.

Pour protéger les Français de la crise énergétique, le gouvernement continue sa politique du bouclier tarifaire, une mesure qui vise à plafonner les tarifs de l’énergie. Son coût est estimé à 24 milliards d’euros. La mesure la plus coûteuse est le plafonnement des tarifs de l’électricité. Pour limiter la hausse de ces derniers à 4 %, le gouvernement prévoit de dépenser 10,5 milliards d’euros sur 2022. Pour alléger les dépenses sur le carburant, l'État a décidé de prendre en charge une remise de 30 centimes d'euros par litre, contre 18 centimes jusqu'ici. Cette mesure coûterait 7,5 milliards d’euros. Enfin, le gel des prix du gaz devrait, quant à lui, coûter 6 milliards d’euros entre octobre 2021 et octobre 2022.

Grâce à ces mesures, l’inflation en France reste mesurée. Selon une étude publiée par l’Insee, le bouclier tarifaire a permis de limiter la croissance de la facture d’énergie des ménages à 28 %, contre 54 % si la mesure n’était pas appliquée. Résultat, l’inflation s’est stabilisée autour de 6 % (6,1 % en juillet et 5,8 % en août). Pour comparaison, l’inflation en Europe s’est élevée à 9,1 % au mois d’août.

Mais la France aura-t-elle les moyens financiers pour maintenir ce bouclier en 2023 ? En effet, la pression sur les tarifs de l’énergie continue. Le prix du mégawattheure est déjà passé de 85 euros fin août 2021 à 1 000 euros sur la même période cette année. L’approvisionnement électrique est lui menacé. Sur les 56 réacteurs nucléaires du pays, seuls 24 fonctionnent actuellement, les autres sont en maintenance ou en arrêt pour des problèmes de corrosion. Du côté du gaz, son prix a été multiplié par 20. Il se négocie désormais à 300 euros le mégawattheure contre 15 euros avant la crise énergétique. De plus, la Russie continue de limiter ses livraisons de gaz vers l’Europe en réponse aux sanctions économiques.

En savoir plus

Votre avis nous intéresse

Un commentaire, une idée ou une question ? Partagez les avec nous !

Votre commentaire

Format .png, .jpg, .pdf

Si vous souhaitez être recontacté(e) suite à votre message, laissez nous votre adresse mail (optionnel).

* Champs obligatoire

Ce site est protégé par reCAPTCHA et les règles de confidentialité et les conditions d'utilisation de Google s'appliquent.

Pour connaitre et exercer vos droits, notamment de retrait de votre consentement à l’utilisation des données collectées par ce formulaire, veuillez consulter notre politique de données personnelles.