Appelez nos conseillers

Renseignement, information, prise de rendez-vous : nos conseillers sont à votre écoute.

0 800 881 888

Appel gratuit depuis un poste fixe, du lundi au vendredi de 9h à 12h30, de 14h à 18h.

Être rappelé

Nos conseillers sont à votre disposition. N'hésitez pas à expliciter votre demande pour que nous puissions vous apporter la meilleure réponse possible.

Vos projets de vie et d'investissement sont importants : nous vous apporterons les réponses et conseils les plus adaptés.

Pour connaitre et exercer vos droits, notamment de retrait de votre consentement à l’utilisation des données collectées par ce formulaire, veuillez consulter notre politique de données personnelles.

*Champs obligatoires

Les informations personnelles recueillies feront l'objet d'un traitement. Conformément à la loi française n° 78-17 du 6 janvier 1978, vous bénéficiez d'un droit d'accès, de rectification, d’effacement, de portabilité et d'opposition relatif aux données le concernant. Pour exercer ces droits ou contacter le responsable des données personnelles pour toute information complémentaire, vous pouvez nous écrire par email à DDP@primonial.fr ou par courrier à l'adresse Primonial - DDP – 6-8, rue du Général Foy, 75008 Paris. Pour plus d'informations vous pouvez consulter notre politique de données personnelles.

Rendez-vous, information, renseignement : laissez-nous un message !

Nos conseillers sont à votre disposition. N'hésitez pas à expliciter votre demande pour que nous puissions la traiter au mieux.

Pour connaitre et exercer vos droits, notamment de retrait de votre consentement à l’utilisation des données collectées par ce formulaire, veuillez consulter notre politique de données personnelles.

*Champs obligatoires

Les informations personnelles recueillies feront l'objet d'un traitement. Conformément à la loi française n° 78-17 du 6 janvier 1978, vous bénéficiez d'un droit d'accès, de rectification, d’effacement, de portabilité et d'opposition relatif aux données le concernant. Pour exercer ces droits ou contacter le responsable des données personnelles pour toute information complémentaire, vous pouvez nous écrire par email à DDP@primonial.fr ou par courrier à l'adresse Primonial - DDP – 6-8, rue du Général Foy, 75008 Paris. Pour plus d'informations vous pouvez consulter notre politique de données personnelles.

Par Nadine Trémollières - Publié le 14.11.2019

La tentation est grande de se désinvestir graduellement de tous les actifs obligatoires

Avec des marchés actions pour la plupart proches de leurs plus hauts historiques et un ralentissement mondial craint par de nombreux économistes, les investisseurs s’interrogent quant à la direction que prendra la fin de l’année boursière 2019. Les marchés financiers vont-ils finir par être rattrapés par les réalités macroéconomiques ? Ou à l’inverse, cette dichotomie observée entre l’économie réelle et les cours boursiers, qui dure depuis près de 10 mois va-t-elle se poursuivre ?

Des niveaux de rendement au plus bas

Depuis le début de l’année, les actions américaines ont progressé de près de 20 % (en USD), avec une hausse de 2 % en septembre. Les marchés européens ne sont pas en reste, avec une performance de plus de 3 % sur le mois et de 17 % depuis le début de l’année. Seuls les marchés émergents sont un peu à la traine, pénalisés à la fois par des situations spécifiques (Argentine, Venezuela) mais également par l’intensification de la guerre commerciale sino-américaine. Pour autant, les indices actions large cap en Chine affichent une insolente progression de près de 30 % depuis le début de l’année, et ce malgré les troubles politiques à Hong-Kong.

Du côté des marché obligataires, les anticipations de baisse des taux monétaires par la FED et la BCE ont entraîné les niveaux de rendement à leurs plus bas historiques. Ainsi, le 10 ans allemand se traitait au cours de l’été à - 0,70 % et l’Allemagne a même émis, fin août, une obligation à 30 ans à - 0,03 %. Au cours des derniers mois, nous n’avons cessé de pointer la différence d’appréciation entre les investisseurs sur les marchés actions et leurs homologues sur les taux. Les deux ne semblent pas avoir la même perception de l’état de la situation macroéconomique mondiale.

Pour autant pouvons-nous anticiper un réajustement des différentes classes d’actifs vers un scénario décrit plutôt positif par les marchés actions ou plutôt récessionniste suivant les acheteurs d’obligations à taux négatifs ? La vérité nous semble cependant plus complexe, tant l’interventionnisme forcené des banquiers centraux a entraîné une rupture dans la corrélation historique entre le niveau des taux et la croissance économique augmentée de l’inflation. C’est aussi la raison pour laquelle Mario Draghi, en guise de testament politique, a appelé les gouvernements européens à entreprendre des relances budgétaires, actant ainsi le terme de l’efficacité de la politique monétaire pour relancer les économies européennes.


Des produits obligataires de plus en plus risqués

Bien que les taux puissent demeurer bas encore longtemps, il nous apparait qu’investir dans les produits obligataires et monétaires devient de plus en plus risqué et non rémunérateur. C’est pourquoi les investisseurs doivent désormais se tourner vers des classes d’actifs qui continuent à offrir de la valeur, tels que les marchés actions et les marchés immobiliers, même si ces derniers ont déjà bien profité de la baisse des taux hypothécaires. Les marchés actions, malgré des niveaux de profits d’entreprises attendus en baisse entre 2019 et 2020, reflètent toujours des niveaux de valorisation d’entreprises qui ne sont pas excessifs et qui restent soutenus par des primes de risque historiquement élevées par rapport aux obligations.

Que faire dans la situation actuelle ?

La tentation est grande de se désinvestir graduellement de tous les actifs obligataires. Même si nous ne prévoyons pas de tensions sur les taux à court et moyen termes, la progression des taux gouvernementaux et corporate en Europe et aux États-Unis nous semble terminée. Cependant, les allocations ne pouvant être concentrées que sur les actifs actions, certains fonds mixant des actions et des obligations de différents types (subordonnées financières, convertibles, hybrides ou high yield1 ) peuvent apporter une diversification en cas de retournement ponctuel des marchés actions. Gardons néanmoins en tête que nous entrons dans une nouvelle ère qui ne permettra plus aux épargnants de bénéficier d’une appréciation (voire d’une préservation) de son capital sans accepter une certaine dose de risque.

1 Obligations à haut rendement.

Quelles allocations pour le prochain trimestre ?

Nos différents profils ont parfaitement bénéficié du rebond des marchés actions et affichent des progressions intéressantes. Ainsi, le profil Prudent gagne 2,36 % depuis le début de l’année, alors que le portefeuille Equilibré progresse de 5,40 % et le profil Dynamique de 9,26 % sur la même période. Ces performances2 résultent d’une allocation résolument orientée actions, portée par des fonds affichant des performances positives sur les trois premiers trimestres de l’année.

Les fonds diversifiés et obligataires, qui avaient fortement chuté au dernier trimestre 2018, regagnent des couleurs, profitant à la fois des performances des actifs risqués, mais également de la baisse des rendements obligataires. La palme du meilleur fonds prudent revient à Vega Euro Rendement qui affiche une progression de 7,90 % depuis le début de l’année (fonds de risque SRRI 3). Les fonds flexibles prudents rebondissent aussi quelque peu après une mauvaise année 2018 et affichent des performances autour de 5 % sans que la diversification internationale ait apporté de la valeur par rapport aux fonds purs euros.

Les fonds actions ont, dans le sillage des indices, apporté une grosse contribution à nos profils : Echiquier Major SRI Growth Europe dépasse les 30 % depuis le début de l’année et trois autres fonds affichent des performances supérieures à 20 % (Echiquier Agenor Mid cap Europe, Echiquier World Equity Growth et Comgest Monde). Leur dénominateur commun est d’avoir investi dans des valeurs de croissance qui ont continué à surperformer celles de la thématique value. Nous pensons néanmoins que la rotation sectorielle observée depuis début septembre en faveur de la value pourrait continuer dans le trimestre à venir et conservons ainsi des fonds dont la capacité à en bénéficier est intacte (Echiquier Agressor ou Dorval Manageurs). Encore et toujours, la diversification des portefeuilles entre les différents styles de gestion, les différentes thématiques et les zones géographiques reste notre leitmotiv.
Du côté des fonds de performance absolue, le rebond des fonds gérés par H2O est impressionnant et vient valider notre stratégie de les conserver en tant qu’actifs de diversification et de décorrélation. Mais en aucun cas, nous ne les considérons comme des actifs « cœur de portefeuille ».

Enfin, même si le rythme de progression des actifs risqués et des taux devrait logiquement ralentir au cours des prochains mois, nous n’anticipons pas de retournement de marché qui invaliderait notre stratégie d’allocation moyen terme et ne modifions pas nos allocations pour le moment.


2 Les performances passées ne présagent pas des performances futures.

Contactez-nous