Contactez-nous !

Egalement par téléphone au 0 800 881 888 du lundi au vendredi de 8h30 à 19h (appel gratuit depuis un poste fixe).

Pour connaitre et exercer vos droits, notamment de retrait de votre consentement à l’utilisation des données collectées par ce formulaire, veuillez consulter notre politique de données personnelles.

*Champs obligatoires

Ce site est protégé par reCAPTCHA et les règles de confidentialité et les conditions d'utilisation de Google s'appliquent.

Les informations personnelles recueillies feront l'objet d'un traitement par Primonial. Conformément à la loi française n° 78-17 du 6 janvier 1978, vous bénéficiez de droits relatifs aux données vous concernant (droit d'accès, de rectification, d’effacement, de portabilité, d'opposition et droit de ne pas faire l'objet d'un traitement automatisé). Vous pouvez également retirer votre consentement à tout moment. Pour exercer ces droits et pour toute information complémentaire, vous pouvez nous contacter par email à DDP@primonial.fr ou par courrier à l'adresse Primonial - DDP – 6-8 rue du Général Foy - 75008 Paris. Pour plus d'informations, vous pouvez consulter notre politique de données personnelles.

Par Primonial - Publié le 05.01.2022

Comment se répartit l'épargne des Français en 2021 ?

Malgré une légère baisse par rapport à 2020, le taux d'épargne des ménages français (10,6 %) reste supérieur à celui d’avant la crise sanitaire. Quels sont les produits privilégiés par les épargnants ? Une récente étude de la Banque de France permet d’y voir plus clair. État des lieux.

Au deuxième trimestre 2021, les ménages français ont épargné 44,4 milliards d’euros, soit une hausse de 3,8 milliards par rapport au trimestre précédent. Par rapport à 2020, ces chiffres sont néanmoins à la baisse. Au total, depuis le début de la pandémie, l’épargne des Français a augmenté de 150 milliards d'euros. Face à l’incertitude économique, les Français conservent leur épargne sur leurs comptes courants ou sur les produits d’épargne réglementée comme le livret A. Une tendance qui ne devrait pas évoluer à moyen terme. Selon la Banque de France, les premières données disponibles pour le troisième trimestre 2021 montrent même une légère augmentation du flux en numéraire et compte courant.

Le livret A

Comme en 2020, le livret A est le grand gagnant de cette année. Depuis mars 2020, la collecte du placement préféré des Français s’est élevée à 40,7 milliards d’euros, soit près de 2,3 milliards d’euros en moyenne par mois. Si l’on intègre les données du livret de développement durable et solidaire (LDDS), ce montant atteint même 53,2 milliards d’euros. Résultat, l’encours du livret A et du LDDS a battu un nouveau record à 468,9 milliards d’euros en août 2021.


Une tendance qui pourrait néanmoins s’inverser légèrement dans les prochains mois. En octobre 2021, le livret A a ainsi enregistré sa plus forte décollecte depuis 2014. Si cette période est traditionnellement mauvaise pour le livret A à cause du paiement de la taxe d’habitation, l’ampleur de la décollecte (-3,4 milliards d’euros) semble indiquer que les Français seraient peut-être prêts à orienter leur épargne vers des placements de plus long terme, comme l’assurance vie.


L'assurance vie

Après le livret A, l’assurance vie est le placement qui a le plus collecté en 2021. Avec une collecte nette de 2,7 milliards d'euros en octobre 2021, l'assurance vie a même réalisé le meilleur mois d'octobre de son histoire, selon la Fédération française de l'assurance (FFA). Fin octobre 2021, les encours des contrats d'assurance vie atteignaient 1 861 milliards d'euros, soit une hausse de 6 % sur un an.

Les supports en unités de compte (UC) sont les grands gagnants de ce rebond. Plus rémunérateurs mais plus risqués que les fonds en euros dont le capital est garanti, ils continuent d'inscrire mois après mois des records de collecte. En octobre 2021, sur les 13,2 milliards d’euros versés sur des contrats d’assurance vie, 5 milliards, soit près de 38 %, ont été investis sur des unités de compte et 62 % ont été versés sur des fonds en euros sécurisé. Pour comparaison, avant la crise sanitaire, ces ratios étaient plutôt de 30 % et 70 %.


Les actions

Sur un an, les Français ont investi 8,3 milliards d’euros sur les actions cotées, un chiffre en légère baisse par rapport à 2020. Néanmoins, la collecte reste supérieure à celle d’avant crise. Une tendance qui devrait là encore se confirmer à moyen terme. Selon le dernier baromètre de l'épargne et de l'investissement réalisé par l'Autorité des marchés financiers (AMF), les intentions de souscription des placements en actions sont en hausse, en particulier chez les plus jeunes. La flambée des indices enregistrée en 2020 et 2021 n'est pas étrangère à ce retour en grâce des actions. Ainsi, 35 % des Français déclarent avoir l'intention de placer en actions à plus ou moins long terme, contre 28 % en 2019. La proportion s'élève même à 49 % chez les moins de 35 ans.


Cet article fait partie de notre dossier « Où investir en 2022 ? »

En savoir plus

Votre avis nous intéresse

Un commentaire, une idée ou une question ? Partagez les avec nous !

Votre commentaire

Format .png, .jpg, .pdf

Si vous souhaitez être recontacté(e) suite à votre message, laissez nous votre adresse mail (optionnel).

* Champs obligatoire

Ce site est protégé par reCAPTCHA et les règles de confidentialité et les conditions d'utilisation de Google s'appliquent.

Pour connaitre et exercer vos droits, notamment de retrait de votre consentement à l’utilisation des données collectées par ce formulaire, veuillez consulter notre politique de données personnelles.