Contactez-nous !

Egalement par téléphone au 0 800 881 888 du lundi au vendredi de 8h30 à 19h (appel gratuit depuis un poste fixe).

Pour connaitre et exercer vos droits, notamment de retrait de votre consentement à l’utilisation des données collectées par ce formulaire, veuillez consulter notre politique de données personnelles.

*Champs obligatoires

Ce site est protégé par reCAPTCHA et les règles de confidentialité et les conditions d'utilisation de Google s'appliquent.

Les informations personnelles recueillies feront l'objet d'un traitement par Primonial. Conformément à la loi française n° 78-17 du 6 janvier 1978, vous bénéficiez de droits relatifs aux données vous concernant (droit d'accès, de rectification, d’effacement, de portabilité, d'opposition et droit de ne pas faire l'objet d'un traitement automatisé). Vous pouvez également retirer votre consentement à tout moment. Pour exercer ces droits et pour toute information complémentaire, vous pouvez nous contacter par email à DDP@primonial.fr ou par courrier à l'adresse Primonial - DDP – 6-8 rue du Général Foy - 75008 Paris. Pour plus d'informations, vous pouvez consulter notre politique de données personnelles.

Par Primonial - Publié le 31.01.2022

Comment bien protéger sa famille en cas de décès ou d’invalidité ?

Pour garantir la sécurité de votre famille, il est important de tout envisager, même les situations les plus difficiles. En cas de décès, votre conjoint et vos enfants risquent de se trouver dans une situation financière compliquée. Grâce au cas d’Isabelle et Laurent, vous verrez que l’anticipation est clé.

La situation

Isabelle et Laurent viennent de perdre l’un de leur ami. Face à ce drame, ils s’interrogent à ce qui leur arriverait en cas de décès. Leurs principales inquiétudes sont la baisse de revenus pour le conjoint survivant, les frais de successions à payer et leur fille qui est encore étudiante.

L’avis du conseiller

Selon l’INSEE, près d’un Français sur 10 décède avant 55 ans. Malheureusement, face à cette statistique, nombreuses sont les personnes qui préfèrent ne pas agir de peur d’aborder un sujet sensible. Le fait qu’Isabelle et Laurent souhaitent s’occuper de ce sujet est donc un premier pas important. Ils mentionnent le décès mais leur réflexion doit être plus large. En effet, un événement grave peut prendre d’autres formes comme l’incapacité temporaire de travail ou l’invalidité.

La sérénité d’une famille se bâtit notamment sur la certitude que tout a été envisagé pour que son niveau de vie soit maintenu et son avenir assuré, même en cas de décès prématuré de l’un des parents. Il importe de ne pas ajouter au drame humain une problématique financière qui pourrait plonger la famille dans une forme de précarité.

  • Assurer un capital à vos proches


Si vous disposez déjà de produits d’épargne comme un contrat d’assurance vie mais que votre épargne est encore insuffisante pour protéger immédiatement votre famille, vous pouvez souscrire à une assurance décès ou invalidité totale ou partielle. Les cotisations ne sont pas épargnées comme dans l’assurance vie. Seul le décès donne droit à un capital. Dans le cas d’une assurance décès, le montant des cotisations est calculé en fonction de l’âge et du capital décès choisi. Il évolue chaque année en fonction de ces mêmes critères. Plus l’assuré est jeune, moins les cotisations seront importantes. C’est une solution accessible et qui permet d’anticiper la protection financière de sa famille. Le versement peut se faire soit sous forme de capital, soit sous forme de rente. La dernière solution est souvent privilégiée pour les enfants car cela permet de financer par exemple leurs études. Dans le cas d’Isabelle et Laurent, cela peut ainsi être une solution intéressante pour leur fille.


  • Se constituer des revenus complémentaires


Dans un second temps, il convient de se construire une épargne complémentaire pour aider le plus possible vos proches. Ainsi, pour sécuriser les revenus familiaux et le niveau de vie du conjoint survivant, l’une des solutions envisageables est de constituer des revenus complémentaires. Vous pouvez pour cela envisager la souscription d’un contrat d’assurance vie. La sortie se fait dans ce cas en rente viagère. La rédaction de la clause bénéficiaire est très importante. Selon les besoins de vos proches et la composition de votre patrimoine, votre conseiller en gestion de patrimoine vous aidera à définir la meilleure solution.


Les bons réflexes à adopter

  • Anticiper pour trouver les solutions les plus adaptées.
  • Ne pas avoir peur d’aborder le sujet avec vos proches.
  • Assurer le versement d’un capital à vos proches en souscrivant par exemple une assurance décès.
  • Développer votre épargne afin de constituer des revenus complémentaires.
  • Bien rédiger la clause bénéficiaire de votre contrat d’assurance vie.

En savoir plus

Votre avis nous intéresse

Un commentaire, une idée ou une question ? Partagez les avec nous !

Votre commentaire

Format .png, .jpg, .pdf

Si vous souhaitez être recontacté(e) suite à votre message, laissez nous votre adresse mail (optionnel).

* Champs obligatoire

Ce site est protégé par reCAPTCHA et les règles de confidentialité et les conditions d'utilisation de Google s'appliquent.

Pour connaitre et exercer vos droits, notamment de retrait de votre consentement à l’utilisation des données collectées par ce formulaire, veuillez consulter notre politique de données personnelles.