Rendez-vous, information, renseignement : laissez-nous un message !

Vous pouvez aussi nous joindre par téléphone au 0 800 881 888 du lundi au vendredi de 8h30 à 19h (appel gratuit depuis un poste fixe).

Pour connaitre et exercer vos droits, notamment de retrait de votre consentement à l’utilisation des données collectées par ce formulaire, veuillez consulter notre politique de données personnelles.

*Champs obligatoires

Les informations personnelles recueillies feront l'objet d'un traitement par Primonial. Conformément à la loi française n° 78-17 du 6 janvier 1978, vous bénéficiez de droits relatifs aux données vous concernant (droit d'accès, de rectification, d’effacement, de portabilité, d'opposition et droit de ne pas faire l'objet d'un traitement automatisé). Vous pouvez également retirer votre consentement à tout moment. Pour exercer ces droits et pour toute information complémentaire, vous pouvez nous contacter par email à DDP@primonial.fr ou par courrier à l'adresse Primonial - DDP – 6-8 rue du Général Foy - 75008 Paris. Pour plus d'informations, vous pouvez consulter notre politique de données personnelles.

Par Primonial - Publié le 19.11.2021

Commencer à épargner

Épargner n’est possible que si l’on a des revenus importants. Les produits d’épargne sont trop compliqués et pas adaptés aux petits épargnants. En matière d’épargne, les idées reçues ont la vie dure. Avec le cas d’Inès, vous apprendrez qu’il est possible d’épargner même avec des revenus faibles.

La situation

À 22 ans, Inès touche près de 800 euros par mois en tant qu’alternante. Elle vit encore chez ses parents et leur verse chaque mois 250 euros pour contribuer aux frais de la maison. Son rêve est d’acheter un appartement une fois qu’elle obtiendra un CDI. D’ici là, elle aimerait mettre de l’argent de côté mais avec un salaire de 800 euros, cela lui semble impossible.

L’avis du conseiller

Le cas d’Inès n’est pas une exception. Nombreuses sont les personnes qui pensent qu’il n’est pas possible d’épargner avec de faibles revenus. Pourtant, en appliquant seulement quelques règles simples, il est possible de se construire petit à petit une épargne. Mon premier conseil est d’établir sa capacité d’épargne. Pour cela, il faut prévoir un budget avec d’un côté ses revenus et de l’autre ses dépenses. Dans le cas d’Inès par exemple, ses revenus s’élèvent à 800 euros par mois. Du côté des dépenses, nous avons 250 euros par mois qui couvrent le logement et les frais généraux (électricité, eau…). Il faut ensuite ajouter les dépenses récurrentes (sorties, abonnements…). Tout dépend bien sûr du style de vie de chacun mais disons qu’Inès se montre raisonnable et dépense 400 euros par mois. Sa capacité d’épargne est donc de 150 euros (800 € - 650 €) par mois. Cela peut sembler peu mais si elle met cette somme tous les mois pendant un an, elle se retrouvera avec une épargne de 1 800 euros.


Les livrets d'épargne

Mon deuxième conseil serait qu’elle mette en place un virement mensuel automatique en début de mois qui alimentera par exemple son livret A, une épargne liquide. Ce qui lui permettra d’avoir de l’argent en cas de coup dur. Je ne conseille pas de mettre l’intégralité de sa capacité d’épargne. En effet, il peut toujours y avoir des ajustements sur budget : un cadeau à offrir par exemple. Je lui recommanderai d’établir un virement mensuel automatique de 50 euros qu’elle pourra compléter par des virements ponctuels en fin de mois s’il lui reste de l’argent ou si elle a reçu des revenus complémentaires.

L’assurance vie

Nous devons maintenant déterminer où placer l’épargne. Nous avons déjà évoqué les livrets d’épargne qui par leur disponibilité immédiate bénéficie d’un atout incomparable. Néanmoins, avec un rendement de seulement 0,5 % au 1er novembre 2021, le livret A ne peut être la seule solution. Pour une cliente jeune comme Inès, il existe d’autres solutions comme l’assurance vie. Trop souvent assimilée aux fonds en euros, l’assurance vie est un véritable outil dans la gestion de son patrimoine. Il vous permet d’accéder à une large gamme de classe d’actifs dans un cadre fiscal intéressant. Bien sûr, dans le cas d’Inès, la diversification sera limitée mais l’assurance vie lui permettra de pouvoir adapter son patrimoine au rythme de ces évolutions. Autre avantage de taille, cela lui permet de prendre date. En effet, l’un des avantages fiscaux dépend du nombre d’année de détention, peu importe que vous ayez 1 000 euros ou 100 000 euros dessus.

La part de l’épargne à mettre dans le livret A ou dans l’assurance vie dépendra des objectifs d’Inès. Elle souhaite économiser pour préparer l’achat de sa résidence principale. C’est un projet de moyen terme : il lui reste trois ans pour finir ses études. De plus, elle habite chez ses parents ce qui limite les risques de coup dur. Je lui conseillerai de garder entre 500 et 1000 euros sur son livret A en cas de besoin ou de projets ponctuels comme des vacances et je mettrai le reste de son épargne sur son contrat d’assurance vie.


Les bons réflexes à adopter

  1. Établir votre capacité d’épargne en réalisant un budget avec d’un côté vos revenus et de l’autre vos dépenses.
  2. Mettre en place un virement permanent mensuel (même si ce sont des petites sommes) que vous pourrez compléter par des virements ponctuels.
  3. Prendre date en ouvrant un contrat d’assurance vie.
  4. Adapter vos placements en fonction de vos objectifs de vie.

En savoir plus

Votre avis nous intéresse

Un commentaire, une idée ou une question ? Partagez les avec nous !

Votre commentaire

Format .png, .jpg, .pdf

Si vous souhaitez être recontacté(e) suite à votre message, laissez nous votre adresse mail (optionnel).

* Champs obligatoire

Pour connaitre et exercer vos droits, notamment de retrait de votre consentement à l’utilisation des données collectées par ce formulaire, veuillez consulter notre politique de données personnelles.