Contactez-nous

Tout savoir sur l'assurance vie : notre guide gratuit !

Demandez le guide

Par Primonial - Publié le 18.03.2022

Assurance vie : tout savoir sur les fonds en euros nouvelle génération

L’avenir des fonds en euros traditionnels a été remis en cause par la baisse de leur rendement. Certains assureurs ont donc développé de nouvelles typologies de fonds, les fonds en euros nouvelles générations, pour offrir de meilleurs perspectives de rendements à leurs assurés. Explications.

assurance vie

Ces nouveaux fonds en euros conservent l’ensemble des 4 piliers qui ont fait le succès des fonds en euros traditionnels mais ils remplacent le moteur de performance de la participation aux bénéfices. Comment ? En positionnant davantage de capitaux sur les marchés financiers tout en contrôlant le risque, ou sur d’autres thématiques, comme l’immobilier ou encore plus récemment les infrastructures.

Un rendement potentiellement supérieur

Le remplacement de ce moteur a pour objectif de délivrer un rendement potentiellement supérieur à celle des fonds en euros traditionnel dans la durée, ce que l’on constate globalement depuis plusieurs années.

Pour bénéficier de ces fonds innovants, des règles d’investissement spécifiques ont été mises en place. Ainsi, dans la plupart des cas, il n’est plus possible de placer 100 % de son investissement sur un fonds en euros nouvelle génération. Les assureurs fixent désormais un pourcentage ou un montant maximum d’investissement possible sur ces fonds, le reste étant investi en unités de compte selon le profil de risque de l’investisseur.

Un second facteur accompagne ces évolutions, celui de la règlementation qui a pour objectif de protéger les épargnants. Avec Solvency 2, le législateur impose aux assureurs de conserver au sein de leurs fonds propres un pourcentage des fonds confiés par les investisseurs. En fonction du type de placement effectué par l’assureur, obligations, immobilier, actions, etc… ce pourcentage est plus ou moins important.

Remise en cause de la garantie du capital

Une autre évolution a vu le jour chez certains assureurs et affecte un des piliers du fonds en euros, à savoir la garantie en capital. La garantie en capital, à l’origine nette de frais de gestion peut être désormais « brute de frais de gestion » ou « partielle ».

C’est-à-dire ? Une garantie nette de frais de gestion veut dire que la garantie apportée par l’assureur est de 100 % de l’investissement. Que le rendement soit supérieur ou inférieur aux frais de gestion du contrat, le capital ne peut évoluer à la baisse.

Dans le cas de fonds en euros à garantie brute de frais de gestion, si le rendement de l’actif de l’assureur est inférieur aux frais de gestion, l’investisseur verra son capital diminuer de l’écart entre le rendement et les frais appliqués.

Dans le cas de fonds en euros à garantie partiels, l’assureur s’engage à garantir non pas 100 % mais 99 %, 98 % voire 96 % annuellement. Dans ce cas, cela donne une plus grande latitude de gestion financière à l’assureur qui peut pour chercher du rendement, prendre davantage de risque tout en respectant le pourcentage de capital garanti.

Alors comment savoir à quel type de fonds en euros a-t-on affaire ? Pour cela, consulter la notice d’information du contrat et plus précisément le tableau de valeurs de rachat du fonds en euros. Si cette valeur de rachat reste la même sur les 8 années présentées dans le tableau, vous avez affaire à un fonds en euros garantie net de frais de gestion. Si cette valeur baisse, alors il s’agit d’un fonds en euros à garantie partielle.

Les fonds Euro croissance

Enfin, une autre proposition est faite à l’investisseur. Il s’agit des fonds Euro croissance.

Lancé en 2014 puis revu par la loi Pacte en 2020, ils diffèrent du fonds en euros principalement par la garantie en capital.

Cette garantie est acquise pour les fonds Euro Croissance après une durée de détention minimale de 8 ans. Attention toutefois, certaines garanties à 8 ans sont partielles et peuvent être à minima de 80 %. L’objectif de ces fonds est d’apporter à l’assureur une plus grande marge de manœuvre dans sa gestion et ainsi délivrer un rendement plus performant au souscripteur.

La gestion étant plus dynamique, elle présente aussi, avant la période de garantie, un risque de perte en capital, mais aussi la perte d’un des piliers du fonds en euros, à savoir l’effet cliquet. Ainsi, la participation aux bénéfices, distribuée en fin d’année civile, peut être perdue par la suite si le fonds en euros affiche un rendement négative.

Alors quel avenir pour le fonds en euros ? Difficile à dire. Une chose est sûre, cette exception française devra continuer à innover pour s’adapter aux évolutions sociétales et financières.

En savoir plus

Contactez-nous !

Egalement par téléphone au 0 800 881 888 du lundi au vendredi de 8h30 à 18h30 (appel gratuit depuis un poste fixe).

Pour connaitre et exercer vos droits, notamment de retrait de votre consentement à l’utilisation des données collectées par ce formulaire, veuillez consulter notre politique de données personnelles.

*Champs obligatoires

Ce site est protégé par reCAPTCHA et les règles de confidentialité et les conditions d'utilisation de Google s'appliquent.

Les informations personnelles recueillies feront l'objet d'un traitement par Primonial. Conformément à la loi française n° 78-17 du 6 janvier 1978, vous bénéficiez de droits relatifs aux données vous concernant (droit d'accès, de rectification, d’effacement, de portabilité, d'opposition et droit de ne pas faire l'objet d'un traitement automatisé). Vous pouvez également retirer votre consentement à tout moment. Pour exercer ces droits et pour toute information complémentaire, vous pouvez nous contacter par email à DDP@primonial.fr ou par courrier à l'adresse Primonial - DDP – 6-8 rue du Général Foy - 75008 Paris. Pour plus d'informations, vous pouvez consulter notre politique de données personnelles.

Newsletter

Recevez l’actualité patrimoniale et financière décryptée par les experts du groupe Primonial

Suivez-nous