Primonial

« C’est à l’endroit où l’eau est la plus profonde qu’elle est le plus calme »

Cette rentrée condense un certain nombre de questions qui ne trouvent pas facilement de réponses.

Les marchés (et les économistes) louaient en 2017 la synchronisation de la croissance dans les pays développés et émergents, phénomène que nous n’avions plus observé depuis 10 ans, mais cette tendance semble arriver à son terme. Pourtant les Etats-Unis continuent, à coup de dumping fiscal et monétaire, de défier les lois des théories économiques en affichant mois après mois une croissance sans faille tout en maitrisant les coûts salariaux et donc l’inflation sous-jacente.

 

Mais au-delà des frontières trumpiennes, un scénario de ralentissement commence à se dessiner. Les pays européens ont affiché des indices macroéconomiques un peu moins brillants cet été et, du côté des marchés émergents, la situation est tourmentée. Au-delà des inévitables soubresauts politiques qui agitent régulièrement ces pays (les élections brésiliennes en étant une illustration frappante), c’est l’économie de l’Asie qui commence à inquiéter les économistes. De par leur positionnement, les pays asiatiques apportent des indications plutôt fiables sur l’avenir du commerce mondial, et à ce titre la chute des indicateurs de production de Hong-Kong et Singapour en septembre, deux des plateformes du commerce intra-asiatique, préoccupent les économistes. Cette divergence de trajectoire qui semble se profiler entre les 2 blocs américain et asiatique ne semble pas tenable très longtemps et il est difficile de trancher de qui entrainera l’autre.

 

Les éléments qui pourraient militer pour un ralentissement du rythme de croissance américaine seraient peut-être à chercher du côté des taux d’intérêt. En effet, comme nous le pressentions depuis de longs mois, les taux se tendent progressivement aux USA, sur toutes les parties de la courbe des taux : le taux 2 ans US est proche des 2,90 % alors que le taux 10 ans a dépassé les 3,20 % au plus haut depuis près de 8 ans. Ces tensions pour l’instant n’ont pas été de nature à troubler les marchés actions mais à plus long terme, elles freineront automatiquement la croissance future de bénéfices et réduiront les capacités d’endettement des entreprises. Tous ces facteurs, s’ils devaient s’accélérer en fin d’année, devraient nous pousser à être plus prudents pour cette fin d’année.

Que faire dans la situation actuelle ?

 

Même si nous n’attendons pas une correction trop sévère de l’ensemble des marchés financiers cet automne, ce sont les paris sectoriels qui nous semblent les plus pertinents pour apporter de la valeur à nos portefeuilles. En effet, les indices boursiers montrent depuis le début de l’année des décorrélations importantes entre les différentes zones géographiques, pays et secteurs. Le Nasdaq affiche une hausse de plus de 20 % (au 28/09/2018) alors que les marchés émergents abandonnent près de 7 % sur cette période. En Europe, le DAX baisse de plus de 5 % alors que le CAC 40 est toujours en hausse (+3,5 % au 28/09/2018). Cette disparité vient confirmer que les investisseurs ont déjà intégré les divergences de trajectoire des économies et les conséquences de la guerre commerciale que Trump a déclaré à ses concurrents.

 

Les questions clés sont : Pouvons-nous nous permettre d’être contrariants dans une période qui peut sembler si peu propice aux actifs risqués ? Faut-il revenir sur certains marchés émergents ? Faut-il continuer à privilégier l’Europe dans nos allocations ? Faut-il revenir sur la value par rapport à la croissance ? Nous avons tendance à répondre par l’affirmatif à toutes ces questions, avec une volonté de continuer à bien diversifier nos portefeuilles sur toutes ces thématiques et sur tous les styles de gestion. La création de valeur des prochains mois tiendra, selon nous, plus à acheter l’alpha des gérants que le bêta des marchés, mais également à accepter d’acheter des marchés sous-évalués par rapport aux marchés qui montent encore et toujours !

 

Achevé de rédiger le 10/10/2018

Sur le même sujet

  • L’eau renversée est difficile à rattraper

    Juin est traditionnellement un mois charnière pour les marchés financiers. Il est souvent synonyme de baisse et d’arbitrages du côté des investisseurs, soit par souhait de prendre des bénéfices après un bon début d’année, soit par peur de rester investi pendant l’été qui est souvent perçu comme une période de risques.

    lire la suite
  • On ne se laisse surprendre que par la première pluie de la saison

    Cet été ne nous a apporté aucune surprise majeure et n’a fait qu’accentuer les tendances qui s’étaient dessinées durant le premier semestre. 

    lire la suite
lire plus tard
« C’est à l’endroit où l’eau est la plus profonde qu’elle est le plus calme »
envoyer
être rappelé
Nos conseillers sont à votre disposition.
Indiquez le numéro de téléphone sur lequel vous souhaitez être rappelé (du lundi au vendredi de 9h à 19h).
Séléctionnez un jour :
Plage horaire :
Pour nous aider à éviter le spam, merci de répondre à la question suivante :

Les informations personnelles recueillies feront l'objet d'un traitement. Conformément à la loi française n° 78-17 du 6 janvier 1978, vous bénéficiez d'un droit d'accès, de rectification, d’effacement, de portabilité et d'opposition relatif aux données le concernant. Pour exercer ces droits ou contacter le responsable des données personnelles pour toute information complémentaire, vous pouvez nous écrire par email à DDP@primonial.fr ou par courrier à l'adresse Primonial - DDP – 15/19 avenue de Suffren- 75007 Paris. Pour plus d'informations vous pouvez consulter notre politique de données personnelles
contactez-nous
par téléphone

0 800 881 888
Du lundi au vendredi de 9 h à 12 h et de 14 h à 18 h

Contactez-nous par e-mail
Pour nous aider à éviter le spam, merci de répondre à la question suivante :

* champs obligatoires
Accéder à votre espace :
J'accepte et je continue x

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation des cookies pour nous permettre de vous fournir un contenu adapté à vos centres d’intérêt et mesurer la fréquentation du site.

Vous trouverez ici plus d’informations au sujet de notre politique concernant les cookies.