Contactez-nous

Contactez-nous !

Egalement par téléphone au 0 800 881 888 du lundi au vendredi de 8h30 à 19h (appel gratuit depuis un poste fixe).

Pour connaitre et exercer vos droits, notamment de retrait de votre consentement à l’utilisation des données collectées par ce formulaire, veuillez consulter notre politique de données personnelles.

*Champs obligatoires

Ce site est protégé par reCAPTCHA et les règles de confidentialité et les conditions d'utilisation de Google s'appliquent.

Les informations personnelles recueillies feront l'objet d'un traitement par Primonial. Conformément à la loi française n° 78-17 du 6 janvier 1978, vous bénéficiez de droits relatifs aux données vous concernant (droit d'accès, de rectification, d’effacement, de portabilité, d'opposition et droit de ne pas faire l'objet d'un traitement automatisé). Vous pouvez également retirer votre consentement à tout moment. Pour exercer ces droits et pour toute information complémentaire, vous pouvez nous contacter par email à DDP@primonial.fr ou par courrier à l'adresse Primonial - DDP – 6-8 rue du Général Foy - 75008 Paris. Pour plus d'informations, vous pouvez consulter notre politique de données personnelles.

Publié le 14.06.2022

Les idées reçues sur le private equity

Découvrez les idées reçues sur le Private Equity dans cette série de courtes vidéos. Comprenez les idées reçues sur les potentiels de rendement, les sommes nécessaires, la durée d'investissement, le risque, la liquidité et l'accès.

N°1 : Le private equity offre t-il un potentiel de rendement attractif sur le long terme ?


C'est vrai ! Mais à mettre en perspective avec le risque associé. Si le capital investissement surperforme les autres grandes classes d’actifs sur un horizon 15 ans (TRI net de 11,7 % versus 5,4 % pour le CAC 40*), il faut garder en tête que cette classe d’actifs implique une durée d’investissement longue (10 ans en moyenne) et présente un risque de perte en capital d’une fraction ou de la totalité de la somme investie. Pour un choix éclairé, rapprochez vous de votre conseiller en gestion de patrimoine.

*Performance sur 15 ans, période 2006 à 2020. Comparaison CAC 40 réalisée à l’aide de la méthode PME (indices utilisés avec dividendes réinvestis). Les performances passées ne préjugent pas des performances futures et ne doivent pas être l’élément central de la décision d’investissement.


Données ici

N°2 : Le private equity est-il une classe d'actifs compliquée à comprendre ?


C'est faux ! Le private equity est surtout une classe d’actifs méconnue, mais elle se démocratise peu à peu auprès des épargnants. Pour la (re)-découvrir de façon simple, c’est ici.

Pour y voir plus clair, rapprochez-vous d'un conseiller en gestion de patrimoine


N°3 : Le private equity est-il une classe d'actifs risquée ?


C'est vrai ! Oui, n’ayons pas peur de le dire, le private equity n’offre pas de garantie en capital. Le potentiel de performance élevé de cette solution a pour contrepartie le risque de perte d’une fraction ou de la totalité de la somme investie. Pour cette raison, il est important de choisir un support créé par un gestionnaire de renom. Avant tout investissement, pensez à vérifier que le gestionnaire dispose des habilitations nécessaires et a une expertise reconnue sur le marché.

N°4 : Le private equity exige t-il des sommes très élevées ?


Non, c'est faux ! Cette classe d’actifs ne cesse de se démocratiser depuis quelques années. Ainsi, il est tout à fait possible d’investir en private equity à partir de 5 000 €, tout en ayant la possibilité de disposer du capital en cas de besoin. Comment ? Rendez-vous le 14 juin pour en savoir plus !

Pour en savoir plus, rapprochez-vous de votre conseiller


N°5 : Le private equity doit-il s'envisager sur le long terme ?


Oui, c'est vrai ! Le private equity fonctionne sur un cycle long. Il faut laisser le temps aux entreprises sélectionnées de se développer grâce aux capitaux apportés. Cela peut prendre plusieurs années et la durée d’investissement recommandée, en accord avec ce principe, est habituellement de 10 ans. Cela permet de bénéficier pleinement de la valeur créée par les entreprises soutenues.

N°6 : Le private equity est-il plus risqué que les marchés actions ?


Vrai et faux ! En termes de diversification, le private equity peut être une solution pour une partie de son épargne. Cette classe d’actifs fonctionne sur un cycle long (environ 10 ans) et requiert de laisser du temps aux entreprises sélectionnées pour qu’elles se développent grâce aux capitaux apportés.

Pour en savoir plus, rapprochez-vous de votre conseiller


N°7 : Le private equity est-il une classe d’actifs difficilement accessible aux épargnants ?


Non, c'est faux ! Longtemps réservé aux investisseurs institutionnels, le private equity connait depuis quelques années des évolutions. Primonial a su démocratiser cette classe d’actifs notamment en la proposant dans le cadre d’un contrat d’assurance vie et d’un plan d’épargne retraite.

N°8 : Le private equity est-il une classe d'actifs illiquide ?


Vrai et faux ! Si le private equity est par nature illiquide et implique une période d’immobilisation de capitaux assez longue, de nouvelles offres innovantes émergent depuis 2 ans et offrent la liquidité du support logé dans un contrat d'assurance vie par exemple.

Pour en savoir plus, rapprochez-vous de votre conseiller


En savoir plus

Votre avis nous intéresse

Un commentaire, une idée ou une question ? Partagez les avec nous !

Votre commentaire

Format .png, .jpg, .pdf

Si vous souhaitez être recontacté(e) suite à votre message, laissez nous votre adresse mail (optionnel).

* Champs obligatoire

Ce site est protégé par reCAPTCHA et les règles de confidentialité et les conditions d'utilisation de Google s'appliquent.

Pour connaitre et exercer vos droits, notamment de retrait de votre consentement à l’utilisation des données collectées par ce formulaire, veuillez consulter notre politique de données personnelles.