Appelez nos conseillers

Renseignement, information, prise de rendez-vous : nos conseillers sont à votre écoute.

0 800 881 888

Appel gratuit depuis un poste fixe, du lundi au vendredi de 9h à 12h30, de 14h à 18h.

Être rappelé

Nos conseillers sont à votre disposition. N'hésitez pas à expliciter votre demande pour que nous puissions vous apporter la meilleure réponse possible.

Vos projets de vie et d'investissement sont importants : nous vous apporterons les réponses et conseils les plus adaptés.

Pour connaitre et exercer vos droits, notamment de retrait de votre consentement à l’utilisation des données collectées par ce formulaire, veuillez consulter notre politique de données personnelles.

*Champs obligatoires

Les informations personnelles recueillies feront l'objet d'un traitement. Conformément à la loi française n° 78-17 du 6 janvier 1978, vous bénéficiez d'un droit d'accès, de rectification, d’effacement, de portabilité et d'opposition relatif aux données le concernant. Pour exercer ces droits ou contacter le responsable des données personnelles pour toute information complémentaire, vous pouvez nous écrire par email à DDP@primonial.fr ou par courrier à l'adresse Primonial - DDP – 6-8, rue du Général Foy, 75008 Paris. Pour plus d'informations vous pouvez consulter notre politique de données personnelles.

Rendez-vous, information, renseignement : laissez-nous un message !

Nos conseillers sont à votre disposition. N'hésitez pas à expliciter votre demande pour que nous puissions la traiter au mieux.

Pour connaitre et exercer vos droits, notamment de retrait de votre consentement à l’utilisation des données collectées par ce formulaire, veuillez consulter notre politique de données personnelles.

*Champs obligatoires

Les informations personnelles recueillies feront l'objet d'un traitement. Conformément à la loi française n° 78-17 du 6 janvier 1978, vous bénéficiez d'un droit d'accès, de rectification, d’effacement, de portabilité et d'opposition relatif aux données le concernant. Pour exercer ces droits ou contacter le responsable des données personnelles pour toute information complémentaire, vous pouvez nous écrire par email à DDP@primonial.fr ou par courrier à l'adresse Primonial - DDP – 6-8, rue du Général Foy, 75008 Paris. Pour plus d'informations vous pouvez consulter notre politique de données personnelles.

Par Nadine Trémollières - Directeur Primonial Portfolio Solutions - Publié le 12.07.2019

Les banques centrales donnent le la sur les marchés financiers

Les mois se suivent et se ressemblent… Excepté la correction du mois de mai, les actifs financiers ont tous repris leur marche en avant en juin et continuent bravement à défier la gravité et les réalités économiques et politiques.

Point Marchés Juin 2019

Les mois se suivent et se ressemblent… Excepté la correction du mois de mai, les actifs financiers ont tous repris leur marche en avant en juin et continuent bravement à défier la gravité et les réalités économiques et politiques. La guerre commerciale sino-américaine commence pourtant à affaiblir les échanges mondiaux et les perspectives de croissance sont progressivement révisées à la baisse dans toutes les zones ! Mais nous avons des magiciens qui se nomment Jerome Powell (FED), Mario Draghi (BCE) et Haruhiko Kuroda (BOJ), et qui sont devenus les personnages les plus importants et les plus scrutés par la planète finance.

Malgré leur indépendance sans cesse réaffirmée, il semblerait que le politique reprenne progressivement le pouvoir sur les banques centrales. La nomination de J. Powell en était le premier exemple, et la prochaine nomination de C. Lagarde en Europe abonderait dans ce sens. Il y a 8 mois, nous attendions des hausses de la part de la banque fédérale américaine de l’ordre de 50 bps, or c’est la tendance inverse qui se dessine. Les spéculations sont fortes sur des baisses pouvant atteindre 100 bps sur les 12 prochains mois. Est-ce les quelques tweets du président Trump qui ont fait changer radicalement la position de la Fed ou le ralentissement de l’économie américaine qui, pourtant, tourne au plein emploi ?

Ces anticipations de baisse des taux nous paraissent bien trop exagérées et auraient pour conséquence un retournement important de certains actifs. Les premiers touchés seront les actifs obligataires, qui ne cessent de s’enfoncer dans des territoires jamais explorés auparavant (-0,40 % pour le 10 ans allemand). De leur côté, les marchés actions ne sont pas en reste et continuent de battre leurs records historiques. Les actions mondiales ont ainsi progressé de près de 5 % en juin et affichent une performance annuelle à mi-année de près de 17 % (en USD). L’Europe suit cette même tendance, avec un CAC 40 en tête de classement avec plus de 20 % de hausse depuis 6 mois. Il est cependant difficile d’anticiper un deuxième semestre aussi brillant que le premier, même si nous ne pensons pas revivre un retournement similaire à celui de 2015 ou 2018.

Que faire dans la situation actuelle ?

Nos allocations restent adaptées à la situation actuelle avec un biais actions toujours prépondérant et peu de positionnement sur les taux qui nous semblent toujours offrir plus de risques que de rendement. En revanche, nous pensons que les actions européennes offrent des perspectives moyen terme plus intéressantes que le marché américain qui nous parait excessivement cher. En effet, la consommation européenne reste forte et les prêts bancaires sont en hausse dans un contexte où les valorisations sont toujours raisonnables. En revanche, les indices américains ont déjà intégré la baisse des taux et présentent des valorisations très tendues alors qu’un ralentissement des bénéfices est attendu. De plus, les principaux indices présentent une forte exposition au secteur technologique qui pourrait être affecté par le ralentissement mondial et par le durcissement des réglementations, à l’instar de Huawei qui a été l’une des premières victimes. Les marchés émergents ont moins progressé que les marchés développés, mais pourraient combler leur retard grâce à des perspectives de croissance supérieure et une hausse plus substantielle des bénéfices des entreprises. Enfin l’affaiblissement potentiel du dollar est un facteur de soutien pour ces économies.

Achevé de rédiger le 12/07/2019