Contactez-nous !

Egalement par téléphone au 0 800 881 888 du lundi au vendredi de 8h30 à 19h (appel gratuit depuis un poste fixe).

Pour connaitre et exercer vos droits, notamment de retrait de votre consentement à l’utilisation des données collectées par ce formulaire, veuillez consulter notre politique de données personnelles.

*Champs obligatoires

Ce site est protégé par reCAPTCHA et les règles de confidentialité et les conditions d'utilisation de Google s'appliquent.

Les informations personnelles recueillies feront l'objet d'un traitement par Primonial. Conformément à la loi française n° 78-17 du 6 janvier 1978, vous bénéficiez de droits relatifs aux données vous concernant (droit d'accès, de rectification, d’effacement, de portabilité, d'opposition et droit de ne pas faire l'objet d'un traitement automatisé). Vous pouvez également retirer votre consentement à tout moment. Pour exercer ces droits et pour toute information complémentaire, vous pouvez nous contacter par email à DDP@primonial.fr ou par courrier à l'adresse Primonial - DDP – 6-8 rue du Général Foy - 75008 Paris. Pour plus d'informations, vous pouvez consulter notre politique de données personnelles.

Par Primonial - Publié le 20.10.2022

5 minutes pour tout savoir sur les unités de compte

Les unités de comptes, une fois que l’on a compris de quoi il s’agit — et pris en compte les risques et les opportunités —, peuvent être des supports d’investissement très intéressants. En 5 minutes montre en mains et en 7 points, tout comprendre sur les unités de compte, histoire de faire les bons choix.

1) Définition des unités de compte


On les appelle « UC ». UC, pour Unités de compte. Ces supports d’investissement sont constitués de parts de valeurs mobilières et immobilières. Cela peut être aussi bien des actions que des obligations, des parts de fonds communs de placement, des parts de private equity, ou bien des parts dans des SCI ou SCPI. La valeur des unités de compte, qui reflète la valeur d’actifs sous-jacents, n’est pas garantie mais est sujette à des fluctuations à la hausse comme à la baisse dépendant en particulier de l’évolution des marchés financiers. Des parts… c’est-à-dire tout le contraire des fonds en euros qui sont, eux, exprimés directement en euros.


2) Unités de compte vs fonds en euros


Unités de compte vs fonds en euros… qui gagne ? La différence majeure des UC par rapport aux fonds en euros, c’est que le capital investi n’est pas garanti. Pour faire simple, votre capital investi en Unités de Compte fluctue au gré des évolutions des marchés financiers et immobiliers. À l’arrivée, vous prenez plus de risques, mais, d’une part, vous pouvez les limiter (en optant pour des UC moins risqués, comme on le verra ci-dessous), d’autre part, vous avez des perspectives de gains plus importantes.


D’où un plus grand appétit pour les unités de compte chez les épargnants… Selon France Assureurs, la part des UC représentait 13 % de la collecte totale en 2010, contre 40 % en 2022. Une forte augmentation qui s’explique principalement par la baisse de rendement des fonds en euros et la recherche de meilleurs rendements, mais aussi par un développement de l’offre en unités de compte, et peut-être par une meilleure acceptation, côté clients, des risques associés à ce type de support d’investissements, notamment en actions.



3) Les unités de compte, uniquement avec l’assurance vie ?


Bon à savoir, vous pouvez investir en unités de compte, aussi bien par le biais de l’assurance vie, que via un contrat de capitalisation, voire éventuellement un plan d’épargne retraite. Ainsi, la première chose à faire, c’est de choisir le contrat qui vous correspond, selon votre projet de vie, vos disponibilités financières, et vos perspectives d’investissement.


4) Sur quels supports investir en unités de compte ? Et quels risques associés à chaque support ?


Ensuite, une fois que vous avez opté pour le contrat qui correspond à vos attentes, vous pouvez sélectionner les supports sur lesquels vous souhaitez investir. À ce stade, il est important de bien comprendre qu’à chaque classe d’actif correspond un type de risque. En d’autres termes, les unités de compte ne présentent pas le même niveau de risque, ce que beaucoup de néo-investisseurs ignorent… Résultat, même en faisant le choix d’unités de compte, réputés plus risqués que les fonds en euros, vous pouvez jouer sur le degré de risque que vous êtes prêt(e) à prendre.


Par exemple, imaginons le cas où vos unités de compte sont investies en actions. Dans ce cas de figure, votre investissement est soumis aux fluctuations des marchés financiers, à la hausse comme à la baisse. C’est une des classes d’actifs les plus risquées. Mais que se passe-t-il maintenant, dans le cas d’unités de comptes avec multi-classes d’actifs ? C’est très simple : investies pour une part dans des actions et, pour une autre part, dans des obligations, ces UC se révèlent en général moins risquées que les unités de compte en actions . Pourquoi ? Parce que les gestionnaires de fonds ont la possibilité d’adapter en permanence l’allocation d’actifs au contexte des marchés financiers.


Autre exemple, avec les unités de compte immobilières. Les OPCI, investis dans l’immobilier et dans les marchés financiers, constituent une bonne alternative. Rendements intéressants et risques plutôt limités, les OPCI ont la cote. De leur côté, les SCI et SCPI sont exclusivement investis dans l’immobilier, sur le long terme, et avec des gains potentiels qui restent intéressants, même si les performances peuvent se révéler moins attractives.

5) Quels gains potentiels selon les supports d’investissement ?


Vous l’avez peut-être compris : quand on évoque les différents niveaux de risque associés à chaque classe d’actifs, on fait aussi référence à la performance, c’est-à-dire au gain potentiel. En fait, il y a ce qu’on appelle un niveau de risque / rendement, qui peut vous donner une bonne indication du niveau potentiel de risque et du rendement que vous pouvez espérer de votre investissement. Ce niveau de risque / rendement est indiqué dans le document d’information clé (DIC) de chaque support. Un document public que vous devriez pouvoir retrouver facilement pour vous faire une idée. A vous de voir où vous êtes prêt(e) à placer le curseur. Plus les perspectives de gain sont élevées, plus le risque de perte en capital est important.


Ne vous méprenez pas… il faut voir cette notion de risque / rendement comme une opportunité : les unités de compte offrent une réelle liberté de choix en s’adaptant à chaque investisseur, à son profil et à ses possibilités d’investissement. Car votre allocation n’est pas inscrite dans le marbre. À tout moment, vous pouvez la modifier, en optant pour les supports de votre choix, quitte à augmenter le niveau de risque, pour espérer un meilleur rendement, ou au contraire à le diminuer.


Concrètement, les unités de compte peuvent offrir un niveau de rendement très intéressant. Comme en attestent les données révélées par France Invest . Entre 2012 et 2021, les performances annuelles1 sur 10 ans du capital-investissement (private equity) se montaient à 14,5%, devant celles du CAC 40 à 11,3% et de l’immobilier à 5,7%.



6) Quel mode de gestion pour piloter vos unités de compte ?


Mais quelles unités de compte choisir et comment les piloter ? Peut-être que vous n’avez pas envie — ou tout simplement pas le temps ni les connaissances nécessaires — de gérer tout seul votre investissement. Peut-être que vous préférez une solution clé en main qui gère d’elle-même l’allocation des actifs, une bonne fois pour toute. Il est vrai que jusqu’à l’arrivée de solutions “automatiques”, la sélection et surtout la gestion des unités de compte nécessitaient une certaine expertise… Ce n’est, vous l’aurez compris, plus le cas aujourd’hui. Des « robots » — c’est-à-dire en fait des logiciels très puissants, pilotés par des experts informatiques et des experts en gestion financière, reconnus pour leur niveau d’exigence — permettent d’arbitrer à tout moment l’allocation des actifs, en fonction de votre profil de risques et des situations de marché.


D’où l’importance de bien choisir son mode de gestion, entre la gestion libre (vous gérez tout vous-même), la gestion pilotée (qui correspond à une gestion libre agrémentée d’options d’arbitrage automatique), la gestion profilée (vous n’avez rien à faire, car la gestion est opérée à votre place, sur la base de votre profil de risques), ou la gestion sous mandat (qui est confiée à un professionnel). À vous de voir quel niveau d’expertise vous avez et quel temps vous êtes susceptible de consacrer à votre investissement, en étant également vigilant(e) sur les critères de performance et sur la simplicité — ou au contraire sur la complexité — de votre contrat…


7) Les 4 étapes pour investir en unités de compte, via une assurance vie ou un contrat de capitalisation


Maintenant que vous avez acquis quelques connaissances de base sur les unités de compte, il est temps de vous rappeler comment procéder, étape par étape, pour investir en unités de compte…

Étape 1 : Vous avez décidé d’investir et vous devez maintenant établir votre profil de risque, si possible avec l’aide d’un conseiller expert.

Étape 2 : Vous choisissez votre contrat — assurance vie par exemple — et sa répartition, entre unités de compte et fonds en euros.

Étape 3 : Vous choisissez les supports d’investissement qui vous intéressent.

Étape 4 : Vous sélectionnez le mode de gestion qui vous correspond.

Chacune de ces étapes s’avère cruciale ! Ne les négligez donc surtout pas. Le mieux est de vous faire accompagner par un conseiller, notamment pour choisir les unités de compte les mieux adaptées à votre profil et la répartition que vous souhaitez. Quelles sont les meilleures unités de compte en 2022 ? Quelles unités de compte pour votre assurance vie ou votre contrat de capitalisation ? Un conseiller Primonial, expert en gestion de patrimoine, se tient à votre disposition, pour vous accompagner sur vos objectifs patrimoniaux et vos projets de vie.


1 : Les performances passées ne préjugent pas des performances futures.


Les articles publiés sur ce blog ont été rédigés par Primonial et ont un objectif exclusivement informatif. Ils n'ont pas vocation à être exhaustifs et gardent un caractère général. Par ailleurs, les appréciations formulées reflètent l’opinion de leurs auteurs à la date de publication et sont susceptibles d’évoluer ultérieurement.

Ni les articles, ni les informations contenues dans ces derniers ne peuvent être considérés comme un conseil en investissement, une proposition d'investissement, une offre ou une sollicitation d'achat, de souscription ou de vente d'un instrument financier ou de tout autre produit et support d'investissement.

Les informations d’ordre juridique et fiscal contenues dans ce document sont à jour au moment de sa parution et sont susceptibles d’être modifiées ultérieurement. Les simulations présentées ont été réalisées en fonction d’hypothèses financières et la réglementation en vigueur à ce jour, ces éléments sont susceptibles d’évoluer. Les informations contenues dans ce document ont été prises à des sources considérées comme fiables et à jour au moment de sa parution, cependant leur exactitude ne peut être garantie.

Pour en savoir plus